Forum d'aide à l'héraldique et de partage de la passion des armoiries.


Armoiries JANSSENS

Partagez

Invité
Invité

Re: Armoiries JANSSENS

Message par Invité le Sam 18 Fév 2012 - 11:19


Je vous présente également mes armoiries moyennes :

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, le tout d’or, sommé d’un bonnet de velours noir de type morien. Attributs : une masse décanale sur montée de saint Matthieu*, enroulée d’une cordelière de gueules à sept nœuds, et une canne de Maître des Métiers au pommeau à sept pans, enroulée d’une cordelière de sable à sept nœuds, toute deux de vieil argent posées en sautoir, et un trébuchet** d’or aux cordelettes de sinople posée de fasce, le tout derrière l’écu duquel sort en chevron une écharpe tricolore à frange de gueules***. En sautoir autour de l’écu, un collier formé d’une passementerie amarante, ornée de neuf écussons dorés de forme octogonale avec, en leur centre, une tête de lion, au pendentif doré et émaillé formé d’un marteau d’émail noir et rouge, accosté de deux gerbes d’épis de blé formant la lettre « A » du Roi Albert Ier *. Devise : sur un listel de gueules en lettre de sable « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité).
Il s’agit des armoiries moyennes personnelles tirées des armoiries familiales qui sont :


 Ecu : OGHB 1980, Marque Bénélux 049067/02 06 1983, 11,00. (le 9.12.1983), repris au Carnet Mondain depuis 1994, Enregistrement en cours dans le cadre du nouveau décret de la Communauté Française de Belgique (Fédération Wallonie Bruxelles). Il s’agit des armoiries des Janssens (Langdorp ten Savel, Bunsbeek, Aiseau). Les armes relèvent d’un certain attrait de l’auteur pour l’esthétique des armoiries du Danemark et du Fonds Monétaire International. A l’époque de la réalisation des armes, celui-ci était animateur et mandataire dans de nombreuses activités en faveur du Comité Belge pour l’Unicef et portait un intérêt pour le système des Nations Unies. Créées vers 1975, les armes furent adoptées par la famille en 1979 et justifiée de manière analytique. En effet, le lion, par sa signification christologique médiévale évoque la racine latine du nom de famille Jans(sens), qui est Johannes (fils de Dieu), tandis que le rameau évoque la pérennité de la concorde familiale : le lion "Dans les bestiaires médiévaux, il évoque (en parlant du lion), d'une manière assez banale, la force, le courage, la générosité, vertus auxquelles s'ajoutent une signification religieuse (Dieu le père) ou plus spécialement christologique, due à ce qu'il a le pouvoir prétendu de ressusciter de son souffle ses petits morts nés 49". Traité d'Héraldique, Michel Pastoureau, PICARD, 1979, page 136, 2 Les quadrupèdes, a) Le lion. La référence 49 du texte dito : "49. Voici par exemple ce que rapporte Hugues de Saint-Victor dans son De Bestiis : "Cum leaena parit, suos catulos mortuos parit, et ita custodit tribus diebus, donec veniens pater eorum in faciem eorum exhalet ut vivificentur. Sic omnipotens Pater Dominus nostrum Jesum Christum, filium suum, tertia die suscitavit a mortuis" (éd. J.-P. MIGNE, Patrologia latina, tome CLXXVII, livre II, chap. I, col. 57). - Mais c'est l'assimilation du lion au Christ qui est la plus répendue dans les bestiaires romans. Philippe de Thaon, par exemple, écrit : "Le lion signifie/Le dilz saincte Marie/Roi est de toute gent/Sans nul redoutement" (Ed. E.WALBERG, Lund et Paris, 1900, vers 47-50".
Les émaux rappellent la commune d'Aiseau dont les armes sont d'azur semé de lys d'argent, dont cinq complets.
 La masse décanale et le collier : la masse décanale symbolise mes fonctions de Doyen d’Honneur du Travail de Belgique du secteur comptabilité et fiscalité tandis que le collier est l’insigne officiel de la dignité. Le Doyen d’Honneur du Travail est un dignitaire nommé par le Roi pour cinq ans (2006/2011) avec pour mandat la charge représentative qui l’investit de la mission d’incarner les traditions, la valeur et le prestige moral et social des professions comptables et fiscales. Actuellement, il existe deux Doyens d’Honneur pour le secteur : Claude JANSSENS et Jacques COLSON
 Ecu : le trébuchet d’or est le symbole des professions comptables et fiscales, les cordelettes de sinople est le symbole de qualité jadis utilisé pour les trébuchets qui servaient à peser les monnaies en vue de pouvoir les comptabiliser.
L’écharpe : il s’agit de l’écharpe portée par les magistrats judiciaires dont les juges consulaires. Contrairement à la France où les juges consulaires sont élus par le milieu du commerce et ne sont pas magistrat, en Belgique ils sont nommés parmi les commerçants possédant de bonnes connaissances de gestion, les comptables, experts-comptables et réviseurs d’entreprises, et font comme partie de l’ordre judiciaire comme les juges professionnels.
Le choix de la devise « Fovendi laboris et aequitas » relève également de l’analyse des activités de certains membres de la famille qui se sont investis en faveur de du travail et de l’équité en exerçant des mandats corporatifs, institutionnels, syndicaux et associatifs. « Fovendi laboris » est la devise relevée par Claude JANSSENS, en qualité de Doyen d’Honneur du Travail des professions comptables et fiscales, tandis que « et aequitas » complète bien l’image de la famille. La recherche de l’équité est un fait relevant dans la branche familiale, on retrouve Josef JANSSENS dans la résistance et ensuite dans la gendarmerie supplétive au cours de la guerre 1940/45 et nombreux sont ses enfants et petits enfants, qui participent à différentes activités que l’ont peut concevoir, chacun dans son idéologie, comme un service aux autres et la recherche de l’équité.
 Famille paternelle : JANSSENS
Déjà identifiés des les recensements ducaux de 1525 et 1575, les Janssens (Langdorp, Bunsbeek, Aiseau) sont issus de la famille souche de Savel sous Langdorp dans l'ancien Comté d'Aerschot. Les Janssens portent d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier d’or, l’un et l’autre d’or. L’écu suspendu par une courroie de gueules à un heaume de tournoi de type renaissance germanique tare de face aux bourrelets et lambrequins aux couleurs de l’écu. Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté (qui est Aerschot) chargé d’une quintefeuille de gueules (qui est Arenberg aux émaux inversés), le tout étant Janssens-Bouvin. Les patriciens familiaux portent sur la visière du heaume un arceau d’état. Famille reprise sous le n° 309 dans les fonds divers de l'Office Généalogique et Héraldique de Belgique.

 La famille maternelle

Les Bertrand (Spy, Farciennes, Aiseau) sont issus des familles souches déjà connue à Spy avant 1630. Charlotte BERTRAND (1914/2000) portait un parti en 1, d’or à une rose de gueules tigée et feuillée de sinople, en 2, d’azur à trois couronnes antiques d’or posées les unes sur les autres (OGHB, Le Parchemin : 1989,p345.FQ, Armorial de Namur FNDP)

    La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 8:58